Picture

AUTORITÉ INTERGOUVERNEMENTALE POUR LE DÉVELOPPEMENT (IGAD)

EN BREF
Fondation : 1986
Secrétariat : Djibouti
Pays membres : Djibouti, l’Éthiopie, l’Érythrée, le Kenya, la Somalie, le Soudan et l’Ouganda
Objectifs : L’IGAD cherche à renforcer et promouvoir la coopération économique régionale, la sécurité alimentaire, le développement durable, la protection de l’environnement, et les politiques en faveur de la paix et
de la stabilité dans la région.



Améliorer la coopération économique régionale grâce à la gestion axée sur les résultats

Organisation Locale : L’Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD)
Expert Canadien : Laurie VandeSchoot et Kym McCullen
Article : Au-delà des frontières - Renforcement de la coopération régionale et mise en oeuvre d’une méthode de gestion fondée sur les résultats en Afrique de l’Est, présenté dans le magazine management secteur public en 2011

Un élément de base essentiel de la communauté économique de l’Union africaine et une force motrice de la coopération économique régionale et de l’intégration en Afrique de l’Est, l’IGAD dont le siège se trouve à Djibouti est maintenant confrontée à des questions plus complexes et fait intervenir une plus vaste gamme de partenaires (ayant parfois des intérêts
divergents), face à des ressources limitées. L’initiative Déploiements pour le développement démocratique travaille en collaboration avec l’IGAD à l’établissement d’un système de gestion axée sur les résultats (GAR) dans ses capacités opérationnelles, de gouvernance et de gestion.

Les expertes canadiennes Laurie VandeSchoot et Kym McCulley ont été engagées à contrat pour aider à intégrer les outils et techniques de la GAR au travail de l’IGAD afin de promouvoir la mesure et le compte rendu du rendement, l’évaluation des programmes, le suivi et l’analyse comparative des contrats. Le système de la GAR aidera à établir une vision, une mission et des priorités claires en matière d’organisation qui
pourront se traduire par un cadre d’objectifs, d’extrants, d’indicateurs, de stratégies et d’allocation de ressources. En renforçant les capacités de l’IGAD de concevoir, de planifier, de gérer et d’évaluer ses programmes plus efficacement, on s’attend à ce que cette initiative aide à attirer des donateurs potentiels, à gérer des augmentations prévues du financement,
et par la suite à échanger des compétences et des connaissances dans toute l’organisation et dans toute la région.

Picture Picture




















(Gauche) Participants des sept pays membres à la séance de formation en GAR à Addis Ababa, mai 2010.

(Droit) Laurie VandeSchoot et le gestionnaire du projet IGAD Ahmed Habbane préparent l’atelier sur la GAR.